20 juin 2005

Quelques trailers, pour des films qui me tiennent à coeur.

Non seulement on a le droit à une rime d'une intelligence inégalée (même les plus grands poêtes du 19ème siècle tireraient la gueule. Battu Verlaine ! K-O Rimbaud !) mais en plus à de l'audace, un sens du risque, Brigitte Nielsen en maillot de bain.

- Bullet Ballet, 1997, Shinya Tsukamoto
C'est malsain, c'est beau, c'est Tsukamoto.

- Blue Spring (Aoi Haru), 2001, Toshiaki Toyoda
C'est fin, c'est bien, c'est Rintintin. Ah non mince. Bon c'est pas grave, si vous lu la critique (enfin ce qui y ressemble) en-dessous vous devriez maintenant connaitre ce film (et bientôt par coeur je l'espère, attention je quizzerai).

- La Horde Sauvage (The Wild Bunch), 1969, Sam Peckinpah
Bloody Sam aux baguettes, Ernest Borgnine à cheval et tout plein de mexicains buvant de la tequila dans leur sombrero sous un cactus sentant le chili con carne. Ah ben bonjour les clichés !
Le western crépusculaire qui enterra le genre.

- Au-dela de la gloire (The Big Red One), 1980, Samuel Fuller
En dehors du fait que le titre français est à chier, on a là un des plus fabuleux films de guerre existant. A 70 ans, le père Fuller, il avait encore de l'énergie à revendre et ça se voit (Narta !). Ceux qui aiment Mark Hamill peuvent aussi regarder le film. Oui ça existe, j'en ai vu

- Vorace (Ravenous), 1999, Antonia Bird
Un des meilleurs films de ces 15 dernières années ? Oui allez soyons fous. Et ceux qui sont pas d'accords, ils ont qu'à continuer à pas être d'accord.

- Le Dernier des Mohicans (The Last of the Mohicans), 1992, Michael Mann
Normalement, le nom du réal devrait suffire mais où cas où il y aurait des sceptiques je vais rajouter : Daniel Day-Lewis, Madeleine Stowe (ouh qu'elle est belle), une reconstitution impeccable, une partition formidable (dans mes bras Jones et Edelman), une histoire bouleversante, le cinéma dans ce qu'il a de plus pur. Ca vous va ?

- Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin (Big Trouble in Little China), 1986, John Carpenter
Ahlala, les années 80 c'était quand même rudement bien. John Carpenter faisaient des bons films (que personne n'allait voir), Kurt Russell était le mec cool par excellence et Romain Duris voulait devenir pompier. On remercie tout de même Tsui Hark, sans lui ce bijou n'aurait sûrement jamais vu le jour.

Bon ça suffit pour aujourd'hui, je veux pas que vous vous transformiez en enfants pourris-gâtés. Tout à vient à point à qui sait attendre. Ne mettons pas la charrue avant les boeufs. Ellecourtellecourtlamaladied'amour.

Posté par dirty_flichty à 00:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Quelques trailers, pour des films qui me tiennent à coeur.

Nouveau commentaire