20 juin 2005

Les Chasses du Comte Zaroff (The Most Dangerous Game), 1932, Irving Pichel et Ernest B. Schoedsack, USA

most_dangerousSynopsis :
Après que son bateau ait coulé, un chasseur réputé trouve refuge dans un château où il est accueilli par le Comte Zaroff (enfin son serviteur lobotomisé moustachu aïe aïe olé). Son hôte est également féru de chasse et lui propose de goûter au summum de ce fabuleux sport consistant à éclater des crânes d'animaux à coups de chevrotine. C'est très divertissant. Et si le gibier, c'était lui ?

Enfin, j'ai vu Les Chasses du Comte Zaroff ! Enfin ! Bon, dorénavant je le citerai sous son titre original car moins ridicule. Des noms illustres pour un film qui ne l'est pas moins : Ernest Schoedsack qui tournera l'année suivante King Kong puis ultérieurement Dr. Cyclops et Mighty Joe Young (décidément, les gorilles il aime bien ça), Fay Wray célèbre pour son rôle d'hurleuse dans.... King Kong et Joel McCrea, un des plus grands acteurs US de westerns. La première partie du film, du naufrage jusqu"au début de la chasse, est paradoxalement la mieux. L'inquiétude créée par le personnage du Comte Zaroff grandit tout au long de cette longue exposition (ben oui après tout on est censé parler de chasse), inquiétude soulignée par les éclairages et la photographie tout bonnement splendides du film (merci Carroll Clark !). Les dialogues sont percutants, le rythme diabolique, vindiou que c'est bon !
Et puis commence la chasse (tirez pas trop, ça va déborder). Une chasse à l'homme en 1932, c'est quand même pas mal osé. Super subversif et tout. Maintenant on parle de viol au JT de 12h pendant qu'on mange mais à l'époque, c'était pas pareil. Oui c'était triste. On a donc le droit à une suite de péripéties incroyables et rocambolesques dont je ne vous dirai rien pour ne pas vous gâchez le suspense. Sachez simplement qu'il y a des arbres, des chiens et des bouts de bois.
J'ai appris il y a peu qu'une vision colorisée avait fait son apparition pour la diffusion TV américaine. Comme d'habitude, c'est une horreur. Par contre, il y a un truc qui n'est pas une horreur, c'est l'édition Critérion dont il est inutile de décrire la perfection, une fois de plus. Et pour ceux qui ont pas d'argent à force de jouer au flipper pour épater les filles, il reste l'édition merdique à 2 euros de Cdiscount. Même une VHS, c'est mieux.

Pour élargir le champ de vision, il est intéressant de regarder Que la chasse commence (Surviving the Games) d'Ernest Dickinson. Superbe survival bourrin et ultra-efficace. Oui il y a Ice-T mais que cela ne vous empêche pas de vous amusez petits coquins. Chasse à l'homme (Hard Target) de John Woo  c'est pareil mais en un peu moins bien. Décidément, il fait pas bon de déranger les SDF.
Dont mess with the homeless !

P.S : j'ai entendu dire que Lon Chaney Jr. faisait une apparition dans le film. Mais impossible de le reconnaitre (pourtant ils sont pas beaucoup dedans les sagouins). Toute personne pouvant m'aider à l'identifier aura gagné le droit de se considérer comme quelqu'un de trop trop sympa.

noblejohnsonivan
En cadeau bonus, une photo d'Ivan le serviteur et son faciès ma foi fort accueillant.

Posté par dirty_flichty à 00:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Les Chasses du Comte Zaroff (The Most Dangerous Game), 1932, Irving Pichel et Ernest B. Schoedsack, USA

Nouveau commentaire