Shoot and Kill

15 juin 2007

John Waters presents : A Dreamland Tales

Né en 1946, John Waters c'est avant tout un (grand) gamin des années 50 grandissant avec un goût prononcé pour le morbide, le sang et la violence, un ado qui va regarder des films pour adultes au drive-in du coin aidé de sa paire de jumelle fétiche et un jeune homme fan d'archives gynécologiques, fasciné par les exécutions et entouré d'amis étranges tous baignés dans la contre-culture la plus crasse. C'est avec eux et sa moustache en hommage à Little Richard qu'il va commencer à tourner des films muets en 8mm et 16mm à partir du milieu des 60's, films qu'il projète ensuite à Baltimore dans divers endroits loués par ses soins (y compris des églises). Distribution de flyers à même la rue et bouche-à-oreille aidant, il se fait un nom dans la ville qu'il ne quittera jamais cinématographiquement parlant.
John Waters c'est aussi un homme de grande culture qui n'hésite pas à citer Otto Preminger, Pier Paolo Pasolini, Robert Bresson, Russ Meyer et Herschell Gordon Lewis dans la même phrase lorsqu'on lui demande ses influences. Il n'est donc pas étonnant d'apprendre qu'il est abonné aux Cahiers du Cinéma depuis un bon moment maintenant (on voit d'ailleurs Divine lire le n°314 dans Polyester avant de pousser un soupir et le balancer derrière lui/elle). Dès son enfance il montrait son amour pour le cinéma en proposant des spectacles de marionnettes inspirées des films de William Castle à ses petits voisins. Des anecdotes intéressantes, croustillantes, pétillantes et émotionnellement très fortes s'il en est.
Ah oui, on le confond souvent avec Steve Buscemi.
Incroyable ! Ce blog tu pourras plus le quitter, tu vas vouloir ton quota de potins journalier, il va te coller à la peau.

Jusqu'à son second long-métrage, Multiple Maniacs, en dehors de Baltimore John Waters est juste un illustre inconnu ou peut-être un provocateur croisé par hasard sur 5 lignes dans la rubrique Faits Divers de l'état voisin. Mais Pink Flamingos va changer la donne en devenant un véritable succès en tant que Midnight Movies et rester sur les écrans de la 42ème rue de New York pendant près d'une douzaine d'années, les gens y allant comme un défi à leur tolérance au mauvais goût et y retournant ensuite pour le fun. Ca marche donc plutôt bien pour Johnny.
De Mondo Trasho à Desperate Living, les films de Waters vont d'amateur à semi-amateurs, mettent en exergue une certaine culture du mauvais goût, ne s'imposent pas de limites et débordent d'une énergie et d'une fougue incomparables. On y retrouve la même fine équipe : Divine, Mink Stole, David Lochary, Edith Massey, Mary Vivian Pearce ou encore Cookie Mueller (malheureusement presque tous décédés avant 1990, Stole et Pearce continuent eux à faire des apparitions dans les films de Waters. Vu qu'ils ne sont pas morts. Donc). C'est cheap, techniquement aussi pauvre que le budget avec lequel c'est tourné, les intérieurs sont décorés de couleurs et tentures que même ma voisine jèterait à la poubelle et ça suinte l'Amérique très profonde à tous les coins de l'écran. Bref, un bonheur de vraie transgression et vraie provocation qui, j'imagine, devait être un véritable vent de fraicheur (au figuré seulement) pour une population qui se sentait engoncée dans des conventions culturelles et sociales rébarbatives et frustrantes.
Polyester et sa banlieue pavillonnaire aux pelouses bien tondues peut être considéré comme le film de transition vers une autre période de son cinéma, des films nostalgiques d'une certaine Amérique des 50's et 60's comme le prouveront Hairspray et Cry Baby par la suite. Finis les corps flasques et les bites pendantes, place aux jupes à pois et aux bananes aérodynamiques.
Serial Mom ouvre quant à lui le bal d'une ère plus "calme" sans pour autant oublier ce qui fait le charme des films de John Waters (personnages décalés, humour noir, situations farfelues, évocation du sexe sans taboo aucun). Le réalisateur s'est rendu compte que la provocation et le mauvais goût avaient complètement perdus de leur sens et nous le fait savoir durant un des nombreux stand-up où il raconte que des touristes venaient se faire prendre en photo dans le décor scabreux de son récent A Dirty shame.




MONDO TRASHO (1969)

Son premier long-métrage, quasi-muet et tourné en n&b avec 2000$ en poche (de l'argent emprunté à son père, comme pour tous ses premiers films). En dehors de quelques bruitages et gémissements, la bande-son est constituée de vieux tubes qui craquent d'un bout à l'autre du film lui donnant un côté assez flippant et destabilisant.
Ca commence par des décapitations de poules (sur le net je lis que ce sont des pattes qui sont coupés, mais moi j'ai l'impression que ce sont des têtes, bon faut dire que l'image est pas terrible) et ça se poursuit par une journée dans la peau de freaks typiquement Watersiens, entre fétichisme pédestre et visions de la Vierge Marie. L'intérêt du film est surtout historique, mieux vaut ne pas commencer par celui-ci sinon y aura pas grand monde pour les films suivants (mais à l'époque ils avaient pas le choix, où alors il fallait voyager dans le futur mais ça coûtait encore cher et on pouvait certainement pas se payer ça à Baltimore en 1969).




PINK FLAMINGOS (1972)

"Pink Flamingos was an antihippie movie made for hippies who would be punks in two years."

Pour son premier film couleur, John Waters se lance dans un film à gros budget (12000 $) en quémandant la semaine pour tourner le week-end. Une méthode efficace et approuvée par bon nombre de jeunes réalisateurs plein d'avenir. Le résultat n'attend pas : plus de 12 millions de dollars ont été glanés à travers le monde grâce à la magie de la location.
Si tout le monde l'a vu sauf toi, on y suit les parcours croisés de 2 familles se disputant le titre de la personne la plus dégueulasse. D'un côté Divine, sa mère en couche culotte et son fils enculeur de poules, de l'autre les Marble, kidnappeurs de jeunes femmes dont ils vendent ensuite les bébés au plus offrant. C'est bordélique, moche, joué avec deux pieds gauches, bourrés d'idées implacablement dégueulasses et on en redemande.
C'est d'ailleurs pour ça qu'on va aller mater Female Trouble  si on se dépêche et qu'on loupe pas le métro de 1974.

A savoir que John Waters avait prévu une suite appelée Flamingos Forever. L'histoire prenait place 15 ans plus tard avec Divine et sa famille (plus un petit-fils travesti de 8 ans) de retour à Baltimore. Sur leur route, des parents du couple Marble (le mari s'occupe d'un cimetière) vont leur donner du fil à retordre. Troma lui avait proposé 600 000$ pour tourner le film mais la mort de Divine et Edith Massey, indissociables du projet, l'en ont dissuadé. Le script original et intégral est dispo dans un bouquin appelé Trash Trio avec ceux de Pink Flamingos et Desperate Living.
Anecdote sympa, Elizabeth Coffey, le transexuel dont on voit le zigouigoui dans le film, se l'est fait ôter peut de temps après le tournage et avait donc fini sa transformation lorsqu'elle joue la copine de cellule de Divine/Dawn Davenport dans Female Trouble (faut jongler avec les pronoms personnels, ils nous font chier les transexuels).

Etat des lieux : zoophilie, cannibalisme, exhibitionnisme, ventriloquanus, scatophagie, meurtre, viol, fétichisme en tout genre, fellation incestueuse.




FEMALE TROUBLE (1974)

Dawn Davenport a une devise : Crime equals beauty. En dehors de la beauté de la quote, notez également l'allitération du nom, Waters aime beaucoup jouer là-dessus quand il donne des noms à ses personnages (Francine Fishpaw dans Polyester, Donna et Donald Dasher dans Pink Flamingos....).
Dawn, incarnée par Divine, développe un caractère très agréable depuis sa petite enfance : celui de garce. De grosse chieuse qui fait claquer son chewing-gum très fort pour embêter son professeur au lycée à mère indigne battant son enfant en passant par briseuse de joyeux nöel pour ne pas avoir eu la paire de talons aiguilles qu'elle souhaitait, Dawn est bien dans sa peau et c'est tant mieux pour elle. Même si quand elle se fait violer, on ressent un peu de chagrin (le violeur et la violée étant joués par Divine). Ah non que dalle. Bref c'est la descente aux enfers et c'est le pied pour nous autres spectateurs. Les situations sont plus variés que dans ses précédents films et même si on peut encore ressentir une part d'impro, c'est un minimum écrit. Comme d'habitude, les persos hauts en couleur ne peuvent qu'emporter l'adhésion totale de ceux qui aiment les coiffeurs hétéros que la mère, moulant ses formes flasques dans du cuir pas seyant pour un sou, cherche à transformer en coiffeur gay, l'insertion d'outils dans les excavations les plus personnelles et les vieux enfermés dans des cages à oiseau.
John Waters à son meilleur, que ce soit dit.

Etat des lieux : meurtre, fétichisme en tout genre, peine de mort sur chaise électrique (que John Waters a toujours chez lui), viol.




DESPERATE LIVING (1977)

Divine ayant des obligations pour jouer dans une pièce de théâtre, John Waters doit réaliser son premier film sans Divine. Et David Lochary étant mort d'une overdose peu de temps après Female Trouble, l'équipe habituelle se voit tristement réduite. Qu'à cela ne tienne, il ne va pas se laisser abattre et propose avec Desperate Living une sorte d'anti-conte de fée tout droit sorti de la benne à ordure.
En dehors des abonnés au casting de ses films, Jean Hills (180 kilos) fait sa première apparition en tant qu'aide-soignante de Mink Stole, en total nervoux-breakdown la pauvre, qui étouffe le mari de cette dernière en s'asseyant sur sa tête. Elles vont toutes deux être obligées de fuir vers Mortville non sans avoir à subir les assauts d'un flic bandant pour les sous-vêtements féminins. Liz Renay joue quant à elle une lesbienne dure à cuire qu'il faut pas venir faire chier (faut dire que sa "vraie" vie est pas des plus joyeuses : petite-amie de gangster, elle fait 3 ans de prison pour refus de le dénoncer et profite de son séjour pour écrire deux bouquins avant de devenir strip-teaseuse et de tourner dans des séries Z plus ou moins rigomarrantes dont pas mal de films de Ray Dennis Steckler. Elle est décédée en début d'année).
Mortville c'est donc le repaire de la lie de l'humanité, les parias d'une société qui ne veut pas les voir dans ses rues (la plupart joué par de vrais sans-abris trouvés ci et là). Pauvres, criminels, homosexuels, tous sont réduits à vivre dans des maisons en matériaux de récupération dont l'intérieur possède un décorum qui feraient palir les plus grands esthètes de ce monde. Et si ça suffisait pas, ils vivent sous le joug d'une reine cruelle (elle crée le Backward Day juste pour les voir marcher à reculons en portant leurs vêtements à l'envers et se foutre de leur gueule) et sa police SM toute de cuir vêtue.
C'est souvent hilarant, avec une toile de fond engagée et un côté presque punk qui fait plaisir à voir. Niveau réalisation pas de nette évolution (même s'il y a des travellings sur rail, incroyable !), on est pas là pour admirer les cadrages nom de nom ! Sûrement mon Waters préféré avec Pecker et Hairspray.
En cadeau bonus, on peut admirer les portraits de grands héros de notre temps comme Hitler, Amin Idi et Charles Manson. On les retrouvera dans Polyester.

Etat des lieux : bébé dans frigo, rat cuit, cannibalisme, tournante, meurtre, castration, tir de flingue anal, sexe lesbien anti-glamour (Jean Hill sur Mink Stole c'est particulier quoi).




POLYESTER (1981)

Wouhouh ! Le premier film en Odorama dis donc ! Un procédé qui nous est expliqué en introduction du film par un scientifique plutôt content de lui. Le principe ? Une carte avec des cases à gratter à chaque fois que le numéro correspondant s'affiche à l'écran. En plus de l'aspect gadget, Waters se permet d'en jouer lorsque par exemple le numéro 9 se met à clignoter à côté d'un bouquet de fleur à l'écran, aussitôt remplacé par une paire de chaussures malodorantes. Ahah ! Piégé le spectateur !
A vrai dire, une tentative de restituer des effluves avait déjà été tentée pour Scents of Mystery de Jack Cardiff en 1960. La tagline ? First they moved (1895)! Then they talked (1927)! Now they smell! Un film en "Glorious Smell-O-Vision!" que seuls les spectateurs new-yorkais pouvaient pleinement apprécier à l'aide d'un système de tubes en plastique accroché à chaque siège et propageant une trentaine d'arômes (vin, ail, tabac, banane, fumée de revolver...).
Polyester, réalisé 4 ans après Desperate Living, est plus soigné et plus carré que les précédents films du réalisateur, allant même jusqu'à utiliser la musique à des fins narratives et pas juste pour l'ambiance (cf. les apparitions de Tab Hunter, qu'on retrouve également derrière la chanson thème du film). Un aboutissement autant qu'un nouveau départ. Il nous dépeint la vie d'une famille banlieusarde type (en hommage aux films de Douglas Sirk, un de ses cinéastes fétiches). Enfin type... le père dirige un cinéma porno, la fille se dévergonde avec un maigrelet se prenant pour un gros dur et le fils se branle sur des photos de pied (se pourrait-il qu'il soit le.... mmmmmh). Seule la mère parait normale au milieu d'eux, étant jouée par Divine (qui fait comme d'habitude sa/son Divine) autant dire que la normalité a atteint un palier qu'il va être difficile de surpasser.
Comme pour ses précédents films (Divine dans Pink Flamingos et Female Trouble, Mink Stole dans Desperate Living), la mère est le personnage clé. Elle subit les pires outrages, est humiliée publiquement et tente tout son possible pour que sa famille reste soudée. C'est beau, j'en pleurerais presque. De rire. Parce que c'est drôle, pour de vrai. De toute façon un film avec un chien qui se pend au frigo en laissant un message a forcément compris ce qu'était le sens de l'humour.
Waters en profite pour disséminer ci et là des références au cinéma d'exploitation au porno et cinéma arty (Divine qui lit Les Cahiers du Cinéma donc), se fait plaisir se moque de l'avortement, de la mode, du mariage, des punks et nous offre un film qui fond sous la dent mais pas autant que le suivant.

Etat des lieux : rien de bien ragoûtant, en dehors des odeurs de four à gaz et de pets. C'est la fin d'une ère.




HAIRSPRAY (1988)

La première chose qui saute aux yeux lorsqu'on s'approche de la jaquette du film est le sigle PG-13. Pour un film de John Waters ça choque un peu au début et puis on se dit who cares ?
En 1962 à Baltimore, la mode est à la danse sautillante. Madison, twist, hully-gully, pachanga, une nouvelle chaque mois pour enthousiasmer les foules. Et quand on est ado et qu'on veut être au top du top, il faut participer au Corny Collins Show à la TV. Qui aurait cru que la boulotte Tracy Turnblad deviendrait la nouvelle égérie de l'émission ?
Pour son dernier film avec New Line, John Water nous sort la grosse artillerie : une semi comédie musicale (semi parce que les scènes de danses sont nombreuses mais pas intégrées à la narration avec paroles et tout le toutim) qui te dynamite la gueule de par l'énergie dégagée. On pourrait presque dire que la BO 60's fait un lien avec ses premiers films dont c'est quasiment ici le seul point commun (avec ses potes de casting). C'est pétillant, campy, poppy et plein d'adjectif briton en –py. En plus, le film parvient à intégrer un sujet comme la ségrégation et l'intégration tout en gardant un esprit enjoué et décalé. Avec de superbes répliques comme "Segregation today, segregation tomorrow, segregation forever!" (véritable citation de George Wallace, ancien gouverneur de l'Alabama), Ruth Brown en déesse de la soul à la voix rauque, John Waters himself en psychiatrique plus fou que ses patients, des scènes de danse endiablées (the Bug, LA danse à connaître si tu veux pas mourir con) et les tensions raciales utilisées comme ressort comique, Hairspray est un bonheur de film et le plus gros succès du cinéaste à ce jour qui a d'ailleurs donné lieu à une adaptation à Broadway récompensée de nombreux prix, sans oublier le remake réalisé par un tâcheron et qui sort le mois prochain aux USA. John Waters lui-même a été surpris par l'étiquette "film familial" accolée à sa sortie et en est plutôt content, il aime à raconter que les enfants viennent lui dire qu'ils aiment le film et ne savent pas que Divine est un homme.




PECKER (1998)

Sûrement son film le plus "gentil" à ce jour, ce qui ne l'empêche pas de toujours taper, moins fort dans ce cas là, où ça fait mal. Dans Pecker en l'occurrence, c'est la starification express synonyme de mise au pilori lors de la chute qui n'en est donc que plus douloureuse mais aussi une réflexion sur l'art et son absurdité.
Edward Furlong, quand il ne joue pas dans des navets cybernétiques dont ne voudrait pas un Frank Zagarino, est capable de grandes choses. Il est ainsi super super en jeune photographe amateur naïf devenant du jour au lendemain la nouvelle égérie des milieux artistiques branchés. Ce n'est pas seulement sa vie qui est chamboulée mais celle de toute sa famille et de ses amis. Et Waters de nous brosser d'acides portraits comme il sait si bien le faire : la grand-mère qui parle à sa statue de la Vierge marie, le copain pickpocket et obsédé sexuel ou encore la petite sœur accro aux sucreries qui une fois désintoxiquée se fait des rails de petits pois. Un film touchant avec Christina Ricci en t-shirt moulant, un photographe aveugle et des rats qui copulent 5 ans avant Bad Boys 2.
C'est d'la bonne mec !




A DIRTY SHAME (2004)

C'est marrant, plus ses films sont récents, moins j'ai de trucs à en dire. Pas qu'ils soient moins intéressants, c'est juste que ceux des années 70 débordent d'anecdotes colorées, d'acteurs exhubérants, d'un background plus riche et moins propret que les derniers quoi.
Faut dire que j'avais trouvé A Dirty Shame un peu lourd, enfin lourd, exténuant surtout. A force de vouloir trop en faire, de caser cunnilingus, bite, couille toutes les 30 secondes (ok c'est le thème du film mais dans Le Mans Steve McQueen il fait pas que conduire une voiture par exemple. Si ? ok), A Dirty Shame finit par avoir notre peau. Mais on lui pardonne avec le final en apothéose et le caméo d'un ami qui m'est très cher.
Ben ouais, c'est tout.
(je linkerais bien vers la critique que j'en ai fait à la sortie mais c'est tellement loin de ce que je pense maintenant qu'à vrai dire je vois pas trop l'intérêt)

Posté par dirty_flichty à 02:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 mai 2007

Chirurgie binaire

Je me suis pas mal attardé sur la BD depuis un moment, alors pourquoi pas ouvrir un blog parallèle qui lui est exclusivement consacré. Hein ?
Tous les articles pétillants et colorés y ont été transvasés, les pertes ont été minimes, le personnel vous remercie de votre compréhension.

C'est ici que ça se passe :

http://flicht9art.canalblog.com/


Posté par dirty_flichty à 20:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 février 2007

La playlist de monsieur Hulot

Nouveautés ou pas, il a écouté quoi lui ces derniers temps ?

TilaTequila_ILoveYou

Tila Tequila - I Love U (remarquez le U qui fait plus cool qu'un You plutôt has-been)

Une ancienne playmate devenue égérie internet ("la Madonna de Myspace" dixit Time Magazine, n'ait pas honte, je sais que tu connais) qui se lance dans la zik, ça devrait pas voler très haut, et vu la pochette être assez prévisible niveau contenu. Hé bé putain, comment que c'est pas bien les à-prioris dis donc. Je vais pas dire que j'aime tout de bout en bout mais ça bouffe tellement à tous les rateliers de façon assez incroyable que ça peut que me plaire. Vu les groupes qu'elle cite parmi ses influences, ça a pas l'air d'être de l'opportunisme.
Ca commence avec un titre qui peut faire penser à une version "hardcore" de Gwen Stefani et Fergie, jusque là ça ressemble à peu près à ce à quoi on s'attendait (mais c'est franchement béton dans le genre) et hop ça enchaine sur du rock pour teenagers très efficace, de la pop acoustique bien sentie, des titres typés 80's super catchy dont un avec guitares fugaziennes, une reprise de No Woman No Cry un peu balourde ou encore du hardcore'n'roll avec un gros son gras où la petite Tila hurle à s'époumonner (!).
Je suis bluffé. C'est pas le skeud de l'année mais y a de la prise de risque (on parle d'un truc qui est vendu pour tuer les charts et passer en boucle sur MTV).
Mes pieds remuent tout seul mec !

lcd

LCD Soundsystem - 42:33

J'avais pas encore eu l'occasion de poser l'oreille dessus, maintenant c'est fait. L'album avait surtout déplu du fait qu'il s'agissait d'une commande de Nike et iPod destinée à obtenir un titre pour la course à pied (tu fais du footing, tu cours en Nike et t'écoutes ton iPod, c'est obligé), donc bouhhhhh, LCD Soundsystem/James Murphy vendu du grand capitalisme.
Et finalement ça donne quoi ? Hé ben un excellent mix de 45min33s, les titres c'est pas fait pour les chiens, du LCD 100% electro/house relativement sobre mais qui prend quand même un joli envol disco vers la 28ème minute. Ca vaut pas le formidable double-album sorti en 2005 mais c'est franchement sympa.
Et en bonux ultra-cool, le premier single du nouvel album qui sort le mois prochain :
North America Scum

machinehead

Machine Head - The Blackening

Une pochette surprenante (et pour Machine Head, et pour Roadrunner), des riffs reconnaissables entre 1000 qui rappellent bien que Robb Flynn jouait dans Vio-lence, des titres épiques (par la durée, le premier dure 10 minutes, et les structures, toujours surprenantes), des mélodies savamment placées et des putains de solos qui dynamisent bien le tout. J'ai pas encore assez détaillé le bestiau mais je vois même pas qui pourrait leur arriver à la cheville dans leur catégorie.
Modern thrash dans ta face.

crippledblackphoenix

Crippled Black Phoenix - Sharks And Storms 10"

Dark folk pop post-rock ce que tu veux. Le groupe est composé de membres de Mogwai et Electric Wizard, pas des gens qu'on verrait jouer ensemble à priori (enfin ils avaient bien invité le chanteur d'Envy sur leur dernier skeud Mogwai).
C'est sorti sur le label de Geoff Barrow (Portishead), l'artwork est de Tom Denney et certaines ambiances me rappellent le Neurosis de A Sun that Never Sets. Bref, c'est vachement bien.

David

David Hasselhoff Sings America

L'Amérique aime David Hasselhoff et David Hasselhoff aime l'Amérique, du coup il la chante et les plus grands tubes y passent. De Love Me Tender à California Dreaming en passant par La Isla Bonita (ma préférée), il nous émeut autant avec sa voix qu'avec son costume blanc.
Un bon cru.

deathbreath

Death Breath - Stinking Up the Night

Jeu, set et match, tu ressors de là en sang et en sueur. Best 2006 metal album. Avec des ex-membres d'Entombed c'était déjà bien parti mais là c'est la claque totale. Pas un riff qui t'arrache la gueule, pas un break qui te la déboite. C'est ultra-dynamique, ça s'arrête pas une seconde sans être du tout à bloc qui donne mal à la tête.
HEADING FOR DECAPITATION !

sharkskeepmoving_sharks_cover

Sharks Keep Moving - s/t

Rock aérien avec guitares noisy, un peu de Don Caballero par ici, du Karaté par ci, même du Mineral sur les passages les plus calmes. C'est sobre, c'est fin, c'est racé, y a tout ce qui faut pour que tu passes un bon moment sur ton canapé les yeux dans le vide un verre de ce que tu veux à la main. Je vais me pencher plus en avant sur le reste de leur discographie. Ca a intérêt à être du même niveau les mecs !

worldsendgirlfriend

World's End Girlfriend - The Lie Lay Land

Projet solo de Katsuhiko Maeda, WEG mixe allègrement electro, ambient et post-rock, triture les sons pour créer des ambiances uniques qui peuvent faire peur si t'écoutes ça dans le noir ou à côté d'un requin. Même que des fois je sursaute alors qu'en fait c'était juste le téléphone. C'est le dernier skeud en date, sorti en parallèle avec une collaboration WEG/Mono qui est pas encore passé dans mes esgourdes mais ça ne saurait tarder.


Cover_2

Francesco de Masi - Lone Wolf McQuade OST

Un bon score de De Masi qui hésite pas à repomper allègrement des partoches complètes version synthé cheap de Morricone époque western spaghetti ; mais ça passe plutôt bien même si à priori on voit pas trop ce que ça vient foutre au milieu de Chuck Norris (déjà en Texas Ranger) et David Carradine qui se mettent sur la gueule pour une histoire de trafic d'arme et de drogue. On s'en fout, c'est sympa on te dit merde !

Midnight_Express___front

Giorgio Moroder - Midnight Express OST

Mais pourquoi je me suis remis ça moi ?! C'est un des trucs qui me fout le plus le cafard au monde. Ca et les émissions de la nuit sur les chaines hertziennes. Quand on sait se servir d'un synthé, ça donne une des BO les plus efficaces et émotionnellement puissantes que je connaisse. Putain Chase, une entrée en matière de dingue, 8min30s de bonheur.
Finalement les gêoles turques ça a du bon.

clutch

Clutch - From Beale Street to Oblivion

Bon ça leur arrive eux de faire un mauvaise album ? Ils ont beau sortir des disques à une fréquence affolante, la qualité est toujours au rendez-vous. De moins en moins metal et de plus en plus bluesy, leur zik possède toujours ce groove inimitable et ces rythmiques implacables qui te font hocher la tête en remuant les jambes. Et les bras si tu fais rien d'autre en même temps, sinon c'est plus compliqué. Si on rajoute à ça le chant de Neil Fallon ben t'as juste un des meilleurs disques de 2007.
Je le sais, j'ai tout écouté.

Bon ben c'est tout pour aujourd'hui, Flichty ferme boutique.

Posté par dirty_flichty à 18:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 janvier 2007

Hogfather, 2006, Vadim Jean, UK

unseenuniversity


Terry Pratchett
adapté à l'écran, c'est pas tous les jours. Fêtons ça comme il se doit.
De prime abord, Hogfather (Le Père Porcher de par chez nous) est loin d'être un choix pertinent pour une première incursion live dans le Disque-Monde. Etant le 20ème livre de la série, les personnages ont un background assez riche, il est dès lors difficile de faire rentrer le néophyte dans l'univers de l'écrivain barbu. Mais ce choix tient plus de l'impératif commercial qu'autre chose. En effet,  quand on sait qu'Hogfather rentre dans le cadre des programmes commandés par la chaîne anglaise Sky One pour les fêtes de noël, on comprend mieux le pourquoi du comment. Et puis après tout c'est pas si stupide que ça, à noël on regarde la TV en famille, le public ciblé sera donc assez large, un bon moyen de fédérer du monde et de donner suite à d'autres adaptations si jamais ça cartonne. Feuilleton au budget faramineux de 6 millions de livres (après ça dépend du nombre de pages de chacun) constitué de 2 parties d'une heure trente, Hogfather représente cependant une semi-déception.

390px_Hogfather_2

Même si ça m'a fait incroyablement plaisir de voir s'animer mes personnages littéraires préférés, je reste vraiment sur ma faim. Ca a l'odeur et la couleur du Disque-Monde, mais ça n'en a jamais le charme et la fantaisie.
Tout l'humour disséminé dans le feuilleton fait vraiment cul-serré comparé aux bouquins. J'oserais presque dire trop british (alors que justement Pratchett évite cet écueil lorsqu'il écrit). Alors bien sûr je souriais, plus que je riais (sauf pour le Born To Rune au dos d'un manteau de sorcier, en référence à Accrocs du Roc), mais plus parce que je me remémorais un tantinet la vanne ou le gag dans le bouquin. L'autre problème étant l'adaptation en elle-même, beaucoup trop littéraire. A un point où, malgré les décors et les effets spéciaux, on a l'impression de regarder du théâtre filmé. Tout passe par les dialogues, copier/coller directs du livre, et quasiment rien par l'image. Du coup on se fait légèrement chier devant à attendre le prochain échange de répliques savoureuses. Même pour le découpage on a l'impression que Vadim Jean a simplement repris celui du livre, les espaces entre les paragraphes amenant les changements de lieu et/ou de personnages (c'est en partie pour cette raison que je ne fais pas de comparaison livre/téléfilm au niveau de la trame narrative, l'autre étant que j'ai la flemme). C'est aussi mou que le nom du réalisateur/scénariste quoi. Ca manque de tonus et d'énergie.
Je vais pas être trop méchant non plus, c'est vraiment soigné, ça a de la gueule, c'est pas cheap (sauf quelques décors par ci par là), y a de bonnes idées (la Mort est plutôt réussie : un crâne sans expression ni mouvement de mâchoire dont on ne fait qu'entendre la voix, c'est simple et ça fonctionne ; l'ordinateur de L'université Invisible est sympa aussi) mais personnellement j'ai trouvé la première partie inintéressante au possible.
La seconde est déjà plus attrayante, peut-être parce qu'on s'attarde plus sur mes persos favoris : les mages de l'Université Invisible. Mustrum Ridculle et Cogite Stibon powa. Et là encore, on touche au point sensible de l'adaptation : les personnages. A la lecture des bouquins, on s'imagine des individus au physique cartoonesque (en étant sûrement influencés par les dessins de feu Josh Kidby) et par conséquent voir des êtres humains "normaux" amoindrit l'impact comique de la chose. L'exemple le plus frappant étant Carotte et Chicard, plus pathétiques que drôles, ce dernier étant complètement loupé ("À priori et plutôt par défaut qu'autre chose, il appartient à l'espèce humaine" nous dit Pratchett, là on a juste un mec assez petit avec deux grandes dents de devant, super).

Dans l'ensemble, ça recueille toute ma sympathie pour la tentative mais si du côté de la transposition de l'univers, c'est une réussite, pour l'ambiance et l'âme même de la série, on en est loin.
Mais dans l'ensemble, d'après ce que j'ai pu lire ici et là, les fans sont super contents et n'auraient jamais rêvés mieux, donc ne m'écoutez pas, je suis un vieux con aigri et blasé.
Ca me va.

Quelques captures pour donner envie (ou pas) :

atuin
La grande A'Tuin.

toothfairy
Jonathan Leureduthé et sa clique dans le château de la Fée des Dents.

mort
La mort dans sa demeure.

mort2
La mort tout court.

carotte
Carotte Fondeurenfersson et Chicard (Carrot Ironfoundersson et Nobby Nobbs en VO).

Et en cadeau bonus, le caméo du sieur Pratchett himself :
pratchett2

Posté par dirty_flichty à 12:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

27 décembre 2006

Top Ciné 2006

Toujours sans classement même si Children of Men et The Host sont à 100 coudées au-dessus du reste.

topcin_

Les Fils de l'Homme (Children of Men) d'Alfonso Cuaron
The Host (Gwoemul) de Bong Joon-ho
Hostel d'Eli Roth
Little Miss Sunshine de Jonathan Dayton et Valerie Faris
Isolation de Billy O'Brien
Adam's Apples (Adams æbler) d'Anders Thomas Jensen
La Jeune Fille de l'Eau (Lady in the Water) de Night M. Shyamalan
Paprika de Satoshi Kon
El Aura de Fabiàn Belinsky (RIP)
Tideland de Terry Gilliam
Black Book de Paul Verhoeven
Happy Feet de George Miller
L'affaire Josey Aimes (North Country) de Niki Caro
Les Berman se Séparent (The Squid and the Whale) de Noah Baumbach
V pour Vendetta (V for Vendetta) de James McTeigue
A Bittersweet life (Dalkomhan Insaeng) de Kim Ji-woon

Je peux même pas faire de flop, j'ai vu que des films respectables, je citerai juste Le Soleil, puissant somnifère en provenance de Russie et X-Men 3, grosse merde sans nom (enfin si, X-Men 3).
Dans les bonnes surprises, en plus d'Isolation et Adam's Apples : La Peur au Ventre, Taxidermie, Monster House, Le Parfum, Braqueurs Amateurs, OSS 117, Déjà Vu.
Dans les déceptions : Severance, La Colline a des Yeux, Arriverderci Amore Ciao, Flandres, Hard Candy et Les Infiltrés (j'en suis tout triste d'ailleurs).

Posté par dirty_flichty à 13:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Top BD 2006

La même mais pour le neuvième art.

TOPbd

100 Bullets TPB 10 : Decayed de Brian Azzarello et Eduardo Risso (Vertigo)
Durandur s'excuse 04 67 66 33 40
de Durandur (Carabas)
L'idole dans la Bombe 1/2/3 de Stéphane Presle et Jérôme Jouvray (Futuropolis)
Concrete : Think Like a Mountain de Paul Chadwick (Dark Horse)
Je suis Légion t.2 de Fabien Nury et John Cassaday (Les Humanoïdes Associés)
Ratafia t.2 : Un zèle imbécile de Nicolas Pothier et Frédérik Salsedo (Milan)
Lupus : Volume 4 de Frederik Peeters (Atrabile)
Y - The Last Man TPB 7 : Paper Dolls de Brian K. Vaughan et Pia Guerra (Vertigo)
Derniers Rappels d'Alex Robinson (Rackham)
Torpedo - L'intégrale d'Enrique Abuli, Jordi Bernet et Alex Toth (Vents d'Ouest)
Strangehaven 1/2/3 de Gary Spencer Millidge (Akileos)
Ex Machina TPB 4 : March to War de Brian K. Vaughan et Tony Harris (Wildstorm)

Sans oublier DC et leurs formidables Showcase : Metamorpho, The Elongated Man, Challengers of the Unknown, The Haunted Tank, The Phantom Stranger ou encore The Unknown Soldier rien que pour cette année, chapeau.

Posté par dirty_flichty à 13:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Top Zik 2006

C'est la fin de l'année, et surtout j'ai rien d'autre à foutre, donc on va résumer ce qui m'a marqué en 2006 niveau BD/ciné/musique.
Et d'abord la musique.
Sans classement aucun, le chaos au service du bien.

CD

Converge - No Heroes
Kylesa - Time Will Fuse Its Worth
Ministry - Rio Grande Blood
Therapy? - One Cure Fits All
Para One - Epiphanie
Unearthly Trance - The Trident
Moho - He visto la cruz al revés
Justin Timberlake - FutureSex/LoveSounds
The Blood Brothers - Young Machetes
These Arms are Snakes - Oxeneers
Melvins - A Senile Animal
Archie Bronson Outfit - Derdang Derdang
Supersystem - A Million Microscopes
Pyramids - Following the Tracks, Forcing Motions Through Changes
Baroness - Second
The Coup - Pick a Bigger Weapon


Et toujours pas de Today is the Day, il a intérêt à être bien ton Axes of Eden, Steve.

Posté par dirty_flichty à 13:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

27 février 2006

Circulez

Bon, étant donné que j'ai complètement changé mon fusil d'épaule, j'ai également décidé de ne plus écrire sur ce blog ci.
Je laisse les infos du dessous quand même mais si vous voulez savoir où en est Jump-Cut (et Dieu sait que vous vous comptez sur les doigts d'un manchot), c'est par là :

12

JUMP-CUT
ZINE INDEPENDANT REVOLUTIONNARO-PICARESQUE
A TENDANCE NECRO-ZOOPHILE (mais on est gentil quand même)

Posté par dirty_flichty à 19:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]